Association Nationale de Formation pour l’Elevage et l’Insémination Animale - Préparer les générations futures
> Actualités

Toute l'actualité ANFEIA

  • 03 juillet 2020

    Communiqué de presse - Un nouveau directeur à la tête de Gènes Diffusion

    Claude Grenier

    A l’occasion de l’Assemblée Générale, Alain Guillaume et Gilles Lavisse, respectivement présidents du CIA Gènes Diffusion et de Gènes Diffusion Immobilière et Financière, ont salué les 43 années passées au service du groupe, dont 40 à la direction de l’entreprise et de ses différentes composantes : “François Desmons a fortement contribué à l’essor du groupe, par le développement des activités dans les différentes espèces et à l’international, mais également par l’esprit d’innovation qu’il a insufflé tout au long de sa carrière».
    Présent dans l’entreprise depuis plus de 10 ans, Claude Grenier a d’abord été en charge de la R&D multi-espèces et de la plateforme génomique GD Scan. Puis, il a pris la responsabilité du département Porcs-Lapins sur le territoire national, et enfin de l’ensemble des activités à l’international.

  • 01 juillet 2020

    « Une histoire de transmission », racontent Julien et Hugo, comme pour une ferme

     Des prix aux concours, la récompense d'un « travail minutieux sur la génétique » ! (©Semaine de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine)

    Comme Clara et Amandine l'ont expliqué la semaine dernière, les concours animaux procurent adrénaline, émotion, fierté. Surtout quand une vache, comme celle de Julien, rafle plusieurs prix et se distingue au niveau européen. Alors ils ne sont pas du tout démodés comme certains le pensent : ils sont l'occasion de belles rencontres et de moments conviviaux entre éleveurs, de tout âge, rappelle Hugo. Un échange d'expériences bénéfiques aux uns comme aux autres.

  • 01 juillet 2020

    Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole

    Si l’employeur embauche un apprenti au cours de la période allant du 1er juillet 2020 au 28 février 2021, il pourra percevoir, selon l’annonce faite par la ministre du Travail, une aide financière revalorisée dont le montant s’élève à 5 000 € pour les mineurs et 8 000 € pour les majeurs. © Pixabay

    Si la pousse de l'herbe est insuffisante pour subvenir aux besoins du troupeau et que le chargement instantané du lieu de pâturage est conséquent, opter pour le topping peut s'avérer un choix judicieux. Cette technique venue de Nouvelle-Zélande consiste à faucher l'herbe dans le paddock avant le passage des vaches. Avec le temps sec du mois de mai, plusieurs éleveurs ont décidé de la tester.

  • 19 juin 2020

    Offre d'emploi - ELVA NOVIA recrute des inséminateurs conseils en CDI

    Offre d'emploi - ELVA NOVIA recrute des inséminateurs conseils en CDI

    ELVA NOVIA, recrute plusieurs inséminateurs conseils dans la zone Bourgogne - Auvergne en CDI

    Retrouvez plus d'informations et les modalités de recrutement dans le document ci-joint.

  • 19 juin 2020

    Offre d'emploi - La CECNA recrute des inséminateurs conseils en CDI

    Offre d'emploi - La CECNA recrute des inséminateurs conseils en CDI

    La CECNA, recrute plusieurs inséminateurs conseils dans les régions Centre et Bourgogne Franche-Comté  en CDI

    Retrouvez plus d'informations et les modalités de recrutement dans le document ci-joint.

  • 05 juin 2020

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    La France revit mais les mesures barrières restent essentielles pour garantir la santé de chacun et maintenir les services dans les élevages. La distanciation physique, le lavage des mains très régulièrement ou l’usage de gel hydroalcoolique, le port du masque par tous dès lors que les distances ne peuvent être respectées, restent de mise.  
    A l’heure du processus de déconfinement et de la reprise de toutes les activités, les entreprises de reproduction animale et de conseil en élevage appellent chacun au devoir de vigilance pour que les conseillers, techniciens, inséminateurs, contrôleurs, peseurs ou pointeurs puissent intervenir dans les élevages en toute sécurité. Elles rappellent qu’il est indispensable de respecter les mesures barrières mises en place depuis le début de l’épidémie qui, même si elles sont contraignantes, ont fait la preuve de leur efficacité. 
    Ces mesures ont permis notamment de maintenir sur presque tout le territoire le service de l’insémination, même pour les ovins et les caprins ; elles permettent aujourd’hui de reprendre toutes les interventions en élevage comme le contrôle des performances et le conseil en élevage, tout en préservant la santé des salariés et des éleveurs qui demeurent un enjeu majeur. 
    En l’état actuel, rappelons que l’épidémie n’est pas terminée, et qu’un cas détecté entraîne systématiquement un isolement de 15 jours, pour tout l’entourage professionnel et familial lorsque les mesures barrières n’ont pas été respectées. Ce qui signifie un arrêt, partiel voire total, de l’activité d’une équipe.  
    Dans la présente phase 2 du plan de déconfinement, le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 actualisant les mesures générales pour faire face à l’épidémie de covid-19 rappelle d’emblée que les gestes barrières et la distanciation physique «doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance» et rappelle dans son annexe 1 que « Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties ».  
    Tous ensemble, nous avons tenu bon. Ne baissons pas la garde jusqu’à la fin de l’épidémie ! 
     

  • 19 mars 2020

    COVID-19 Les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    COVID-19 les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    Suite aux mesures de confinement décidé par le gouvernement pour lutter contre la propagation mondiale du Covid-19, les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales ont déclenché un plan de continuité d’activité pour répondre aux besoins impératifs des éleveurs et de la production agricole, tout en préservant la santé de leurs salariés, des éleveurs et de leurs familles.

    En tant qu’entreprises de services aux éleveurs, pilotées par des éleveurs, notre mission est d’assurer la reproduction des animaux de manière à garantir dans les mois à venir les naissances qui permettront de produire du lait et de la viande.

    Dans le respect des mesures barrières sanitaires en vigueur, nous maintenons la continuité de service pour la production de semence, le transport et la livraison des doses de semences, l’insémination, le génotypage ainsi que toutes les activités support indispensables à la bonne réalisation des actes en élevages, dans les stations de mâles et dans les laboratoires. Ce maintien de service est rendu possible grâce à une réorganisation et une simplification du  travail des techniciens en recherchant la plus grande autonomie dans la réalisation des actes techniques, permettant de limiter au maximum les situations de contact physique et d’échange avec les éleveurs. La tension qui apparait au fil des jours pour garantir le service nécessite néanmoins que toutes les mesures soient mises en œuvre pour que le technicien intervienne le plus efficacement possible : isolement des animaux, bonne contention, matériel pour gérer les déchets.

    Les autres services impliquant des contacts physiques, non indispensables ou qui peuvent être repoussés, sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

    Face à cette situation exceptionnelle, nous nous engageons pour ne pas rompre un des maillons indispensables à la production alimentaire et remercions nos salariés pour leur professionnalisme et leur dévouement pour rester aux côtés des éleveurs.

     

    Ces dispositions sont prises à date et sont susceptibles d’évoluer en fonction de la situation épidémique.

  • 23 avril 2019

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation de professionnels évaluateurs a eu lieu !

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation d'évaluateur a eu lieu !1

    Pour accompagner les mutations de l’élevage et renforcer l’attractivité des métiers, les partenaires sociaux de la branche sélection et reproduction animales (SNCIA d’une part, et la FGA CFDT et l’UNSA2A d’autre part) ont signé, le 3 octobre 2017, un accord national relatif à la création de deux Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) : Technicien Conseil en Gestion de la Reproduction Animale (TCGRA) et Animateur de Techniciens d’Insémination en Reproduction Animalière (ATCRA).

    Dans le cadre du déploiement de ces CQP, les professionnels évaluateurs, qui interviennent dans l’évaluation finale des candidats, ont été formés le 17 avril dernier par OPCALIM.

    Soulignons par ailleurs que l’Anféia a obtenu le titre d’organisme évaluateur des CQP de la branche par l’OPCALIM. A ce titre, l’Anféia pilote le dispositif d’acquisition des CQP et prend notamment en charge l’inscription des candidats ainsi que l’organisation et la réalisation des évaluations. Au-delà de l’accompagnement des candidats sur la démarche d’évaluation, l’Anféia vous propose également des parcours de formation sur mesure pour développer les compétences nécessaires à l’obtention du CQP.

    Des entreprises ont déjà engagé auprès de certains de  leurs salariés des démarches CQP. Pour ces derniers, c’est au cours du dernier trimestre 2019 que les jury finaux auront lieu pour la délivrance de ces CQP.

    La machine est désormais lancée !

    Pour tout renseignement n’hésitez pas à vous rendre sur la page dédiée aux CQP de la branche sur le site de l’Anféia, en cliquant ici

  • 09 mars 2018

    Lancement le 4 juin 2018 du MOOC RSE de la coopération agricole : inscrivez-vous dès maintenant !

    MOOC RSE

    Le MOOC RSE de la coopération agricole c'est quoi ?

    • 5 semaines de cours immersifs pour découvrir les enjeux RSE du secteur agroalimentaire
    • Des témoignages, des vidéos, des quiz pour tester et enrichir vos compétences de manière ludique et interactive
    • Une communauté d'apprenants pour échanger, débattre et développer votre réseau

    Lancement le 4 juin 2018

    Inscrivez-vous dès maintenant en cliquant ici

     

  • 30 janvier 2018

    GenEval : top départ !

    L'équipe GenEval

    Les équipes GenEval ont intégré leurs nouveaux locaux en ce tout début d’année. Ils sont situés sur les hauts de Jouy-en-Josas, à 2.3 km du centre INRA. La nouvelle structure aura en charge les évaluations génétiques et génomiques des ruminants (bovins, ovins, caprins). Après une période de transition de quelques mois, au côté de l’UMT eBIS à Jouy et l’UMT GGPR à Toulouse, les calculs des valeurs génétiques des animaux (index) seront réalisés ensuite par GenEval.

    Le Règlement Zootechnique Européen (Règlement (UE) 2016/1012) du 8 juin 2016, qui doit être appliqué au 1er novembre 2018, a eu comme conséquence la réorganisation du dispositif génétique français. Les familles de ce dispositif ont réaffirmé leur volonté de garder une partie mutualisée, notamment les évaluations génétiques. Un nouveau service a dû être créé, et GenEval a ainsi vu le jour le 20 octobre 2017, association constituée par ALLICE et Races de France.

    Depuis le 8 janvier, une équipe de 9 personnes est en place : 5 généticiens (dont 4 avec une expérience au sein de l’UMT eBIS), 3 informaticiens (provenant de INRA-CTIG) et un directeur, Stéphane Barbier (issu de ALLICE-Valogene). Les locaux de GenEval sont situés à Jouy-en-Josas, à proximité du centre INRA, afin de favoriser les échanges avec les indexeurs actuels. En effet, la première mission de GenEval sera d’assurer le transfert des chaînes d’indexation, en collaboration avec les équipes actuellement en charge des évaluations, au sein des UMT eBIS (à Jouy-en-Josas) et GGPR (à Toulouse). Car à partir du 1er novembre 2018, c’est officiellement GenEval qui assurera cette mission. GenEval s’étoffera progressivement en fonction de ses besoins, notamment avec un « service clients » dès l’automne 2018.

    Outil de « back-office » au service de l’ensemble des futurs OS (Organismes de Sélection, tels que définis par le nouveau règlement européen), GenEval sera également en mesure de développer des évaluations génétiques pour des nouveaux caractères, et de produire des indicateurs et statistiques à des fins de gestion des programmes de sélection et de suivi des populations animales.

     

    Contact : contact@geneval.fr

     

    Légende photo (de gauche à droite) : Juliette Sinquin, ingénieure de recherche génétique, Thibault Grosse, analyste programmeur, Laure Hugues, ingénieure de recherche génétique, Alexis Demeure, responsable de l'équipe informatique, Stéphanie Minery, ingénieure de recherche génétique, Romain Saintillan, ingénieur de recherche et responsable de l'équipe génétique, Marine Barbat, ingénieure de recherche génétique, Stéphane Barbier, directeur.

  • 29 janvier 2018

    Il a écrit la « bible » des vaches de France

    Il a écrit la « bible » des vaches de France

    Écrivain et ingénieur écologue, Philippe Jacques Dubois nous raconte la passionnante histoire des 42 races bovines françaises et leur évolution morphologique en 150 ans.

    En savoir plus

  • 26 janvier 2018

    « Je ne travaillerai plus sans chien ! »

    « Je ne travaillerai plus sans chien ! »

    Pierrick Berthelot, éleveur en Ille-et-Vilaine est un utilisateur inconditionnel de chiens de troupeau. Il a déjà dressé sept Border Collie pour l’aider au quotidien.

    En savoir plus

  • 25 janvier 2018

    Où en est l’AgTech Française ?

    Où en est l’AgTech Française ?

    La France est la première puissance agricole de l’Europe avec une part de production de 18,1%, ce qui en fait un lieu idéal pour le développement des entreprises AgTech.
     
    La France arrive en première position dans la production de volaille, bœuf, céréales, oléagineux, betterave sucrière et pomme de terre.
     
    En 2012, ce secteur représentait également plus de 5,6% du total des emplois français.
     

  • 17 janvier 2018

    Adopter la bonne attitude parmi ses bovins

    Adopter la bonne attitude parmi ses bovins

    Observer ses animaux pour mieux les comprendre et réagir peut être payant. Le comportement des éleveurs peut impacter de 20 % la production de viande, en plus ou en moins. 

    En savoir plus

  • 16 janvier 2018

    «Petit Paysan» mais grand succès

    «Petit Paysan» mais grand succès

    Le thriller agricole du réalisateur haut-marnais Hubert Charuel rafle les prix et séduit les spectateurs. Le fim sort en DVD mercredi 9 janvier.

    En savoir plus

CQP : DÉVELOPPER ET CERTIFIER LES COMPÉTENCES DES SALARIÉS

En savoir plus

Découvrez toutes nos formations

Dernières actualités

Toute l'actualité ANFEIA