Association Nationale de Formation pour l’Elevage et l’Insémination Animale - Préparer les générations futures
> Actualités
Actualités

Les infos de l'anfeia

Toute l'actualité ANFEIA

  • 02 décembre 2016

    La filière caprine dévoile son nouveau programme de sélection, Gènes Avenir

    Gènes Avenir

    La filière caprine dévoile son nouveau programme de sélection, Gènes Avenir, qui propose une offre reproduction-sélection rénovée, modulable en fonction des besoins des éleveurs et de la filière. Ce programme s’adresse à tous les éleveurs caprins et s'appuie sur des valeurs fortes tels que le mutualisme et le collectif. 
    Il se veut réactif, personnalisé et innovant. Il s'attachera à présenter l’intérêt économique de l’investissement en génétique et à améliorer la complémentarité des réseaux de techniciens. 
     
    Pour accompagner cette nouvelle ambition, le programme se dote d'un nouveau logo et d'un slogan «Avançons ensemble» qui traduit la volonté d’aller de l’avant et de mettre les éleveurs au centre des réflexions et des préoccupations de l'organisme de sélection.

  • 21 novembre 2016

    Une figure de l’insémination et de l’amélioration génétique de la Prim’Holstein s’est éteinte

    Monsieur Pierre JAFFRENNOU

    Monsieur Pierre JAFFRENNOU est décédé jeudi 17 novembre 2016, à l’âge de 94 ans. 

    Premier directeur de la coopérative Interdépartementale d’Insémination Artificielle de Pierry (51), il a œuvré pendant 45 années, de 1946 à 1991, a créé une coopérative dynamique et opérante qui a fortement influencé les progrès de la sélection génétique en France.

    Homme passionné, clairvoyant et novateur, fort de son charisme, il a su fédérer et entraîner la filière génétique dans la mise en œuvre du testage sur descendance malgré sa complexité et ses coûts élevés.
    L’union faisant la force, il a su convaincre les responsables des coopératives voisines d’unir leurs efforts. Créée en 1966, l’UNE (Union Nord Est) s’est progressivement élargie au Centre et à l’Ouest de la France pour constituer l’UNECO qui fut une des plus importantes entreprises de sélection en Europe dans les années 2000. 

    Un des points majeurs de l’exceptionnelle carrière de Pierre JAFFRENNOU, fut d’organiser l’introduction de la Prim’Holstein en France dont il avait très rapidement perçu le potentiel.

    Convaincu de la restructuration irréversible de l’élevage français vers un modèle plus productif, Pierre JAFFRENNOU avait sans cesse la préoccupation d’un meilleur revenu pour l’éleveur.

    Sa compétence professionnelle et ses très grandes qualités humaines étaient reconnues de tous. Le monde de la sélection et de la reproduction garde de lui le souvenir d’un travailleur acharné, exigent et visionnaire.

    Ses obsèques seront célébrées mardi 22 novembre à 10h30 en l’église St Pierre St Paul à Epernay (51). Ni fleurs, ni couronne.

  • 16 septembre 2016

    Agro-écologie : la sélection génétique et l’insémination minimisent l'impact de l'élevage sur l'environnement

    Etude environnementale

    Un élevage laitier pratiquant l’insémination et utilisant de la semence de taureaux issus des schémas de sélection peut réduire son empreinte environnementale de 7 à 11% en cinq ans, démontre une étude inédite publiée par Allice.

    La sélection génomique permet aujourd'hui aux éleveurs de bovins de minimiser leur impact sur l'environnement. Telle est la conclusion à laquelle parvient l'étude publiée par Allice, fédération nationale des coopératives spécialisées dans la reproduction animale et la sélection génétique. Première mondiale, cette étude s’est attachée à mesurer objectivement, par analyse du cycle de vie des produits (lait et viande), les effets bénéfiques de l’usage de taureaux améliorateurs par la voie de l’insémination, en termes notamment de réduction des gaz à effet de serre. L’étude confirme et évalue la diminution de l'impact environnemental d'un élevage dès lors où y sont employées les technologies et les services aujourd'hui disponibles en matière de sélection des troupeaux. En cinq ans, on estime ainsi qu'un élevage laitier passant de la saillie naturelle à l'insémination par de la semence issue de taureaux sélectionnés (schémas de sélection classique ou sélection génomique) peut réduire son empreinte environnementale de 7 à 11%. Plus faiblement émetteur, un élevage allaitant peut, lui, diminuer son empreinte jusqu'à 2,5%.

    L'étude publiée par Allice montre que la sélection génétique des cheptels s'inscrit pleinement dans l'élevage du futur et l'enjeu agro-écologique. Ce moindre impact environnemental des élevages de pointe est essentiellement dû au fait que les éleveurs recourant à la sélection utilisent moins d'animaux pour un même résultat. Autrement dit, il faut moins de vaches pour produire autant de lait ou un même nombre de vaches pour produire plus de lait. L'étude d'Allice a comparé ces modes d'élevages, que ce soit en production laitière ou production de viande, à ceux, plus traditionnels, où la monte naturelle avec un taureau est encore pratiquée. « En race allaitante, un schéma génétique est huit fois moins impactant qu'un système en monte naturelle, deux fois moins en race laitière », mentionne l'étude dont les données s'intéressent aussi bien au changement climatique (empreinte carbone), à la qualité des eaux (eutrophisation) ou l'acidification de l'atmosphère (pluies acides) que la raréfaction des ressources (énergie, eau, surfaces, etc.). Ainsi les entreprises de mise en place de semence et les entreprises de sélection sont des acteurs de solution pour répondre au défi de la transition agro-écologique avec des pratiques agricoles adossées à la triple performance économique, environnementale et sociale.

    Analyse environnementale des modes de sélection et de reproduction dans l'espèce bovine – Armelle Gac, Pascale Le Mézec, Jean Guerrier.

    Etude réalisée par l'Institut de l'élevage pour le compte d'Allice, disponible sur demande à communication@allice.fr

  • 30 août 2016

    Les travaux du bâtiment dédié à la formation pour l’ANFEIA à Nouzilly

    Travaux Nouzilly au 30 août 2016

    La construction des futurs locaux de l'ANFEIA a débuté en avril 2016 sur le site de Nouzilly. Situé tout à côté de la station de phénotypage d'Allice, le bâtiment, d'un seul niveau, abritera les salles de cours et les bureaux du centre de formation de l'Association nationale de formation professionnelle pour l'élevage et l'insémination animale (ANFEIA). Il sera opérationnel début 2017, date à partir de laquelle les candidats au CAFTI (Certificat d'aptitude aux fonctions de technicien d'insémination) ne séjourneront donc plus à Miermaigne (eure-et-Loir).

    L'ANFEIA se rapproche ainsi de la plateforme tourangelle d'Allice et de l'Inra mais également de l'Université François-Rabelais et fonctionnera donc dans un environnement de recherche plus propice au développement de ses formations. Les travaux pratiques auront lieu auprès du troupeau d'un éleveur partenaire situé à proximité.

  • 03 mai 2016

    Progressive Blindness : Mise au point d'un test génétique pour identifier les bovins porteurs d'une anomalie qui les rend aveugles

    Vache normande © papinou

    Les chercheurs d’Allice et de l’INRA ont identifié une nouvelle mutation responsable de la perte progressive de la vision chez les bovins. Le service génétique d’Allice a mis au point un test pour identifier dès le plus jeune âge les animaux porteurs de cette anomalie.

    Les travaux ont été financés par l’ANR (Agence Nationale pour le Recherche) et APIS-GENE (professionnels des filières ruminants pour le financement de la Recherche : Allice, CNE, CNIEL et INTERBEV) dans le cadre du programme de recherche BOVANO (Michot et al., 2015).

    Nous vous invitons à télécharger le communiqué de presse ci-dessous pour en savoir plus.

  • 17 mars 2016

    Rejoignez l'ANFEIA sur sa page Facebook

    Facebook Anfeia

    Nous vous invitons à rejoindre l'ANFEIA sur la nouvelle page Facebook www.facebook.com/anfeia1974. Pour connaître l'agenda des événements, le calendrier des formations, participer au quotidien des étudiants et des intervenants, partager vos photos et vidéos, la vie de l'école d'insémination et des formations à la station de Nouzilly, connectez-vous et cliquez sur "J'aime" pour vous inscrire au fil d'actualité de l'ANFEIA.

    N'hésitez pas à partager ce lien avec vos contacts Facebook pour soutenir et suivre la vie de l'ANFEIA sur les réseaux sociaux.

    Merci de vos encouragements, et à bientôt sur www.facebook.com/anfeia1974.

  • 19 décembre 2015

    L'ANFEIA agit à l'international

    Soudan

    Depuis 2013, l’ANFEIA a étendu son envergure au niveau international au continent africain en collaborant avec le SFARI (Institut Soudano-Français de Reproduction Animale) pour la formation de vétérinaires soudanais. Ceci conforte son leadership en matière de formation sur la reproduction, l’insémination et à la génétique bovine et répond à un des enjeux de l’ANFEIA qui est d’élargir le panel des “bénéficiaires” en élargissant son offre de formation à d’autres filières animales et à d’autres cibles.

  • 13 octobre 2015

    La station de phénotypage d'Allice poursuit son implication dans la formation et l'accueil de partenaires scientifiques

    Nouzilly

    La station de phénotypage d’Allice inaugurée sur le site de l’INRA Val de Loire à Nouzilly, il y a plus d’un an, continue de développer ses actions de formations envers un public large et international. En juin dernier, ce sont des vétérinaires soudanais qui sont venus se former au transfert embryonnaire auprès de l’équipe d’Allice.
     
    Les docteurs Duriya Elhaj Farah Ahmed, Omer Ahmed El Hassan Mohamed, Salma Omer Ahmed Ali, Sohair Sayed Mohamed ont suivi une formation théorique et pratique de quinze jours en transfert embryonnaire (Basic knowledge for the practice of Moet techniques in bovine). Collecte, manipulation, mise en place… ils ont pu découvrir toutes les étapes de la procédure d’insémination par transfert d’embryon dans le but de devenir formateurs en leur pays. Le séjour des stagiaires s’inscrivait, en effet, dans le cadre du partenariat entre l’Anfeia, l’école de formation d’Allice basée à Miermaigne (Eure-et-Loir) et l’école d’IA soudanaise Sfari.

Actualités

Toute l'actualité ANFEIA